Site en construction, les articles seront ajoutés au fur et à mesure

Le 31 janvier 2020, le Royaume-Uni devrait sortir juridiquement de l’Union Européenne (pour une sortie effective le 31 décembre 2020). Pour tous les Anglais se sentant avant tout Européen, il sera peut-être temps de venir s’installer en France. Mais là nous ne parlons pas de vieux Anglais venant couler des jours tranquilles dans la campagne Périgourdine. Nous parlons de jeunes Anglais, actifs, qui veulent profiter de tous les avantages de l’Union Européenne. Et c’est aux collectivités françaises d’être malignes pour accueillir ces nouveaux habitants. Car accueillir des Anglais, c’est mettre la main sur des urbains qui aiment les maisons uniformes et bien rangées, qui animeront les rues après le boulot grâce à la culture du pub, qui passeront du temps au stade le week-end. Les Anglais, c’est bien. Et en plus, ils osent tout en terme de juxtaposition architecturale (une tour en verre à côté d’une vieille maison du XVIe siècle). Ca va donner de l’air à l’urbanisme de notre beau pays.

Alors amis Anglais, nous vous avons fait une sélection de villes où s’installer avec un projet à monter pour les années à venir.

Nos 4 propositions :

1 – Le Havre, pour les plus nostalgiques

À deux pas de votre pays natal, juste de l’autre côté de la Manche, Le Havre vous rappellera les côtes chaleureuses de Cornouailles. Le Nord de la France c’est aussi le sud de l’Angleterre. Et puis vous connaissez bien la ville. Comme tous les ports, elle a accueilli plein de nationalités, dont des Anglais, qui y ont fondé le HAC, le premier club sportif (et notamment de football) de France et d’Europe continental. Pour ne pas être totalement dépaysés, vous bâtirez un quartier sur les nouveaux quais de Southampton. Le projet de rénovation étant largement raté (un peu d’herbe et rien d’autre…), vous prenez les choses en main avec quelques beaux immeubles modernes, qui mettront en valeur le travail d’Auguste Perret. Les pubs en rez-de-chaussé seront plein à craquer. Tout le monde vous remerciera.

2 – Pau, pour les bons vivants

Les Anglais connaissent bien Pau pour s’y être installés à la fin du XIXème siècle, sous les conseils du docteur Alexander Taylor qui vantait les bienfaits du climat. C’est donc une évidence de revenir dans le Béarn, retrouver de la bonne nourriture, des paysages de montagne, du vin et un club de rugby très crédible. Établissez votre quartier britanique sur le futur ex-parc des expositions, à deux pas du Cercle anglais de la Villa Lawrance et de l’église anglicane Saint Andrew. Avec des beaux immeubles, de l’écologie et des pubs, vous démontrerez votre savoir-faire en ville en transition (puisque ça vient d’Angleterre avec Rob Hopkins).

3 – Clermont-Ferrand, pour les insulaires

Si votre île vous manque, foncez vers Clermont-Ferrand et son sentiment d’enclavement. Vous ne serez pas en France, vous serez à Clermont-Ferrand ! Une ville rock, rugbystique (l’ASM) et ouvrière (Michelin). Créez un typique quartier de maisons anglaises à côté du stade Gabriel Montpied, ça vous rappellera les faubourgs de Liverpool. Par contre, niveau football, vous devrez vous contenter du Clermont Foot 63…Pas de quoi vous refroidir, vous refondez immédiatement un nouveau club : le FC Auvergne.

4 – Mulhouse, pour les aventuriers

« What ? Mu-lose ? » Et oui, avec un nom comme ça, faut s’accrocher mais rappelez-vous qu’on appelait cette ville la « Manchester française » au XIXème siècle. Ville industrielle et cosmopolite, elle vous rappellera les métropoles anglaises. Et puis il y a de l’argent à se faire. La Suisse et l’Allemagne sont juste à côté et de belles fortunes se cachent sur les hauteurs de Mulhouse. À vous de faire jouer votre sens du commerce pour bâtir une nouvelle city sur l’ancien site DMC. Vous bosserez dur la semaine mais le week-end, ce sera la belle vie dans la plaine d’Alsace ou dans les monts du Jura. Vous ne le regretterez pas !

Vous aimez Youpi La France car c’est bien et tout gratuit ? Et bien remerciez l’auteur en achetant un de ses livres. La boutique est ici ! Merci d’avance.